En vie.

Publié le 16 Mars 2014

Hello ! Je suis de retour !
Pour ceux qui n'auraient pas tout suivi, je suis partie 4 jours aux Pays-Bas (de mardi à vendredi).
Le mardi ça a commencé avec 5 heures de car et juste un peu de grignotage de bonbons qu'on me proposait, rien de plus. La vie était belle, je me sentais bien même si F. était déjà saoulante. Arrivée à 13h00, lunch à l'école des correspondants des 3 èmes, pas mangé. Je revois ma correspondante de l'année d'avant, j'en suis émue. L'après midi on a visité la ville, la même visite que l'année passée. C'était bien, je me sentais bien, j'aimais le monde, j'ai mangé une glace offerte par l'école. Vers 16h30 on arrive à l'hôtel (seules les filles de ma classe dormaient dans l'hôtel, étant donné que les garçons ainsi que les 3ème avaient des correspondants ). Répartition des chambres, je suis avec V, F et J, ouf. On se perd dans l'hôtel durant 10 bonnes minutes, fou rire général. Digne d'un vieux film d'horreur, on était à 4 en train de crier partout dans l'hôtel et personne ne nous répondait. Premier vrai bon moment du voyage, même si on s'est sentie hyper ridicule (surtout qu'on est rentrée dans une chambre qui était occupée, mais bref trop long à expliquer). Je rigole, je gère, je me sens légère, après tout je dois aller bien. Fin d'après midi passée avec toutes les filles (on était 11 et 2 profs) dans "l'aire de jeu" de l'hôtel sur le trampoling. Il faisait bon. Au soir on décide de rejoindre les garçons au fun plaza, les profs sont d'accord. Le fun plaza c'est un parc intérieur d'attraction. Je ne soupe pas. On s'éclate tous super bien là-bas, même si je sens qu'un truc ne va pas. Par contre j'ai fort envie de vomir, les attractions sont vraiment très fortes. On rentre vers 22 heures. On se réunit toutes dans une chambre jusque environ 1h00 du matin et on papote, j'ai l'impression d'avoir des amies. Je m'endors dans les bras (en toute amitié) de V., j'ai envie de pleurer et en même temps j'aime, je me sens aimée et j'arrive à oublier quelques instants que je suis minable.

Mercredi visite de la ville de Zwolle. Temps libre au matin, je m'achète un foulard et trois vernis. On décide de manger au subway, je mange normalement. Je culpabilise, et en plus c'est dégueulasse. Je décide de ne plus y penser et je profite de mes coupins. Après-midi, jeu par groupe. Cool mais fatiguant. Soirée passée à l'hôtel, ainsi que le souper. Filet de dinde, purée et crudités. La dinde c'est pas gras et il y en avait pas beaucoup, je suis soulagée. Dessert: glace. Je n'en prends pas. Puis la dame de l'hôtel nous propose d'ouvrir la salle remplie de jeu en bois. Soirée passée à jouer dans cette salle, les profs et le cariste sont également là, ma soirée n'aurait pas pu être mieux. Une fois toutes remontées, S. me propose de redescendre afin d'aller espionner les profs. J'accepte. La flemme de raconter, mais on a bien ri et bien couru dans tout l'hôtel ! Je parle un peu avec E. de tout et de rien, ça fait du bien. Elle est bizarre. Vers 22h30, on se rejoint une fois encore toutes dans une chambre. On décide de faire une séance de spiritisme, on la programme pour 23h30. Entre temps J. s'étrangle durant deux longues minutes avec un napoléon avalé entier. Peur, mais elle s'en sort (deux minutes, je vous assure que ça peut paraitre trèèès long). Et E se cogne l'orteil contre une porte. (Serait-ce un esprit qui n'est pas content qu'on ait décidé de les déranger?). La séance de spiritisme ne fonctionne pas, rien ne se passe. On va dormir vers 00h30, j'aime ce voyage. Je m rapproche encore plus de J, et j'arrive à me contrôler. Mais F m'énerve vraiment.

Jeudi, le conte de fée va se ternir quelques peu. En route pour Amsterdam (la capitale des Pays-bas, pour les incultes). D'abord visite du musée, je fais la visite avec V et J, on rigole bien. Rien de très intéressant en fait. Puis temps libre jusque 15h45. On décide avec certains garçons et certaines filles d'aller au Kfc. Je ne prends qu'une petite frite. Les garçons s'interrogent et me proposent leur nourriture, ils me demandent si je ne mange que ça, J. dit "ça c'est Marie..". Je leur fait comprendre que je n'ai pas faim et on passe un bon temps de midi. On rigole bien et moi je jubile à les voir tous s'empiffrer pendant que moi je reste pure et vide. Puis on fait les boutiques, pas avec les garçons. S et J vont de leur côté car elles veulent faire tous les magasins. F s'en va seule de son côté pour la même raison. On se retrouve donc à trois avec J et V trainant dans la rue commerçante, on s'achète toutes les trois un rouge à lèvre. Fin du temps libre, on fait une balade en bateau, pareil que l'année passée. Tout le monde repasse dans un restaurant sur le chemin du retour, nourriture dégueulasse mais obligée de manger. J tire la gueule, elle ne veut pas dire pourquoi. Dans le car su retour, S (désolée, il y a plusieurs S, plusieurs J) se met à pleurer car elle a des chutes de tensions, A est paralysé d'un côté du visage et tout le monde s'inquiète étant donné qu'il a des soucis de santé, N se met également à pleurer car elle apprend que sa marraine est entrée à l'hôpital et E pleure aussi mais je sais plus vraiment pourquoi. Tout ça dans le car. La soirée va être longue. Retour à l'hôtel. F commence à un peu pleurer dans la chambre car elle voulait passer une bonne dernière soirée et elle en veut aux filles qui pleurent. V et moi la réconfortons et la faisons rire, mais je trouve son attitude égoiste du coup je pars et laisse les filles à trois. Je vais dans la chambre de E, J et S. S et N vont mieux et on arrive à réconforter et à faire rire E en faisant des blagues pourries et en lisant de manière philosophique et inspirée le nouveau testament. Tout va beaucoup mieux, la soirée s'annonce meilleure que prévue initialement. S et M (troisième chambre) proposent qu'on dorme toutes les filles ensemble. Tout le monde est d'accord sauf N et C. J propose qu'on fasse ça dans notre chambre, du coup on déplace tous les matelas et on installe tout. Pour finir vers 00h00 la troisième chambre (M et S) nous disent que pour finir elles ont la flemme. Du coup on dors juste avec la deuxième chambre (E, J et S) Vers 00h10 je vais dans leur chambre dire qu'elles peuvent venir dans la nôtre, que tout est prêt. Elles m'avouent qu'en fait elles n'ont pas envie mais qu'elles n'ont pas osées car les filles de ma chambre (J, F et V) ont déboulés dans leur chambre en disant que 'Elles au moins, elles venaient, HEIN??'. C'est moi qui ait la lourde tâche d'aller leur dire que les filles ne viennent pas non plus et qu'on a bougé les matelas pour rien. Je retourne vite dans la chambre des filles pendant que les autres filles de ma chambre vont dans la troisième chambre. Je leur dis que moi je leur en veux pas, même si elles auraient pu le dire tout de suite. On rigole bien, je n'ai pas envie de retourner dans ma chambre car je sais que les filles vont raler sur les autres. En effet, elles le font. Je les coupe en disant que ça ne sert à rien d'en parler durant 20 minutes, que oui c'est dommage mais qu'on sait rien y changer. Je n'ai pas envie de dire du mal d'elles moi, je ne leur en veut pas. J et F se regardent, J est vexée et me lance un "Ok.... " comme elle sait les faire. J et F se lancent encore un regard, puis elle ne m'adresse plus la parole de la fin de soirée. V elle est normale avec moi. On éteind les lumières, je me sens à l'écart, vraiment à l'écart. Juste parce que j'ai refusé de parler sur le dos de mes copines. J'envoie des snaps à J lui expliquant ce qu'il se passe et à quel point je me sens exclue. Elles sont contente que je les aie défendue, j'éteinds mon gsm car les filles commencent à s'endormir et je ne veux pas les déranger, même si elles m'ignorent je les aime quand même. Je suis triste ce soir-là.

Vendredi c'est la dernière matinée, les filles de ma chambre me parlent normalement, j'en déduis que la veille j'ai du amplifier leurs réactions dans ma tête. Le petit-déjeuner est assez froid, apparemment elles en veulent encore aux filles des autres chambres. On passe la matinée dans Almelo, on oublie F et là-bas du coup on doit y retourner. On mange des sandwichs dans l'école pour la dernière fois (je n'en mange pas), ça me fait quelque chose et je suis un peu triste. C'est parti pour 5h30 de car. J'ai faim, très faim. Je n'arrête pas de grignoter la nourriture des autres, à la station service V voit que je ne vais pas bien, me dit qu'elle n'aime pas me voit aller mal et que si je vais mal alors elle va mal aussi. Elle me prend la main, je me sens mieux. Après la pause je recommence à manger dans le car, je m'en veux, je culpabilise, j'ai des envie de vomir, je le dis, V m'apporte un sachet, les larmes commencent à tomber, je pleure silencieusement. F est là, me demande si je eux qu'elle me laisse tranquille, je lui dis oui, elle me fait un bisous et s'en va. Ma colère envers elle s'atténue très fortement. Tout le monde pense que je pleure pcq je dois vomir, en vrai je me retenais de pleurer depuis le début du trajet, et c'est sorti. V (le garçon) voit que je pleure, il me demande si ça va, je lui dis oui en esquissant un sourire. Je suis amoureuse. Je me sens mal, on arrive dans moins d'une minute, mon père peut pas voir que j'ai pleuré, je met une tonne de fond de teint. Je descends du car, j'ai envie de m'effondrer. Je suis triste, je culpabilise, je suis triste que le voyage se termine, et en plus une heure après je dois être à un anniversaire. On reçoit notre bulletin en sortant du car, j'ai eu des putains de bonnes notes. Bisous à tout le monde, je les aime et je suis globalement contente du voyage. A peine rentrée à la maison, je me prépare pour l'anniversaire, j'ai rien à me mettre. D'abord pizzerria, je mange presque rien. Je suis malade (rien de grave, sorte de gros rhume) et très fatiguée, je n'avais franchement pas envie d'aller à cet anniversaire. Les garçons présents sont cools et sympas, je ne les connaissais pas beaucoup. Quant aux filles, je viens de passer 4jours non stop avec elles donc voilà. Vers 23h00 on continue la soirée en allant dans un bar. Vodka-redbull à volonté, son père a payé à l'avance. On danse tous, pendant ce temps U me regarde intensément et me souris tout le temps. J'ai envie de l'embrasser durant toute la soirée, je mets ça sur le compte de l'alcool et la fatigue. Je pars vers 1h00 du matin, je suis morte.
Je vais me coucher à 2h00, je n'ai plus de voix, je suis lessivée, je suis contente de ma semaine.

Rédigé par une chose infâme.

Publié dans #Journal intime

Repost 0
Commenter cet article