Agonie

Publié le 4 Janvier 2014

Elle est morte, et une partie de moi est partie avec elle.
Quelle chose abstraite qu'est la mort, la mort, la mort.
Depuis toute petite, la mort m'a toujours intrigué. Ce moment qu'on redoute, ce moment dont on ne connait pas le déroulement. Personne ne peut nous expliquer comment est la mort. La mort ne me fait pas peur, mais je n'arrive pas à comprendre.
Je n'arrive pas à me dire qu'elle n'est plus là. Quand je pense à elle, à chaque fois j'ai l'impression de ré-apprendre la nouvelle, d'avoir oublié qu'elle était partie. Du coup je m'effondre comme si je venais d'être mise au courant de sa disparition.
Facebook n'aide pas, car les gens commencent à être au courant et mon fil d'actualité est donc rempli de photos d'elle.
Ca fait mal, ça fait tellement mal. Hier j'ai beaucoup mangé, mais aujourd'hui c'est plutôt le contraire, je n'ai aucun appétit.
Ce qui me frustre le plus, c'est que ce soit une personne comme elle qui sois partie. Une personne qui adorait vivre, qui voyait le positif dans chaque actions, chaque évènement, chaque tragédie de la vie. Elle avait soif de la vie. Et à côté d'elle, il y a ces gens (comme moi d'ailleurs) qui ne vivent pas à fond, qui ne profitent pas, qui se trainent, qui ne vivent pas mais qui survivent. Et on choisit de les laisser en vie.
La vie est injuste.
L'année 2014 commence vraiment très mal.
J'ai été conne de croire que, parce que une nouvelle année commence, tout allait changer.
Conne conne conne conne conne conne conne conne conne conne conne conne conne

************************ *********************** *************************

Rédigé par Une décapitée

Publié dans #Journal intime

Repost 0
Commenter cet article