La vie est un long poème que l'on écrit soit-même.

Publié le 6 Décembre 2013

La vie est un long poème que l'on écrit soit-même.

Helloo !

Aujourd'hui on est vendredi. Vendredi est synonyme de week end en vue, de rangement de chambre, nettoyage de la chambre et d'une partie de la maison. Comme je suis revenue très tôt de mon examen j'ai pu bien bosser mon piano, regarder toute une histoire, dévaliser le placard, bref vivre une vie de mamy qui me convient bien cet après-midi.

Mais comment j'arrive à toujours me décevoir ? J'avais étudié comme une malade pour cet examen de français ! Vraiment ! Bon, d'accord, j'ai fini mon livre pour l'examen seulement ce matin... Mais je l'ai fini ! J'ai tout foiré, sérieusement je suis sortie première de la salle d'examen, j'étais effondrée. Dans le bus j'avais une grosse envie de pleurer, mais de toute façon rien ne venait. Du coup je pensais au poème de Lamartine (que j'avais dû analyser pour l'examen), ces poèmes des artistes romantiques me touchent incroyablement. Bon ici je vais plus pouvoir en lire pendant quelques temps sinon ça va me faire repenser à cet examen raté ahah, mais j'adore en lire.

Je sens que petit à petit, mon envie de me sentir bien dans ma peau surpasse mon envie de maigrir. Evidemment je me dis souvent que les deux sont liés. Mais pas toujours. Car quand je regarde mon "passé" (je sais que je n'ai que 15 ans et que donc je n'ai pas énormément de passé, mais ces troubles du comportements et de l'alimentation sont apparus très jeune, donc si, dans le fond j'en ai un) je vis que dans ma quête de la minceur/maigreur, je n'ai jamais été heureuse. A 54 kg je voulais maigrir, à 52 kg je me trouvais grosse et je voulais maigrir, à 50 kg rien ne changeait, et à 49 kg "beurk la graisse tien si je me coupais ?". Bref, est-ce que tout ça me va vraiment ? Evidemment, quelque part en moi je me dis que si je maigrissais vraiment j'irais directement mieux. Mais dans le fond, quelquefois je me dis que j'évolue, car quand je vais "bien" je réfléchis beaucoup, mais dans le bon sens. Je regarde ce qui a changé, ce qui n'a pas changé. Et j'ai plus de moments de lucidité qu'avant. Alors je me dis que je dois être patiente et que le côté "je dois maigrir pour être heureuse" va s'atténuer lui aussi. Je sais que je dois faire un travail sur moi-même, mais je ne me sens pas assez mature pour ça. Car même si j'essaie de montrer aux autres que je suis une personne très mature, plus âgée dans la tête, blablabla, eh bien au fond c'est tout le contraire. Quand j'avais 9-10 ans, je me souviens que mon père m'avait dit que je devais me laisser grandir. Qu'il fallait que j'arrête d'essayer de passer des étapes, de vouloir être grandes comme mes soeurs alors que je n'en avais pas l'âge. A ce moment-là, la situation qu'on vivait ma soeur et moi m'avait obligé à grandir d'un coup, c'était comme naturel. J'étais obligée d'être assez mature pour comprendre ce que vivait ma mère, ce que vivait ma soeur, pourquoi mon père était d'un coup devenu pauvre, pourquoi mes grands parents détestaient mon papa. Pour certains enfants peut-être que cela était facile, mais pour moi qui avant tout ça était assez chouchoutée, c'était pas rassurant. Donc voilà, j'ai joué ce rôle. Je me sentais confiée d'une "mission". D'ailleurs il n'y a pas que moi qui aie souffert de cette situation ! Mais moi je ne le montrais pas. Ma soeur pleurait sans cesse, et ce pendant quelques mois. Elle avait même été chez une psy. Puis elle aussi s'est sentie confiée d'une mission; de se comporter comme ma maman, puisque notre vraie maman , enfin voilà quoi. Donc dans cette histoire je ne suis pas la seule a avoir du changer ces petites habitudes. Mais voilà, tout ça pour dire que maintenant je comprends les paroles de mon père, et que je regrette de ne pas l'avoir plus écoutée à ce moment-là. Je ne vis pas les choses que les autres vivent à mon âge, ou du moins si mais différemment, avec un autre état d'esprit. Moi j'ai hâte d'être adulte, de vivre dans la vie active, je suis toujours attirée par les garçons plus âgés (qui pour la plupart se révèlent être des gros porcs, ahah.). Je ne vis pas ma vie d'adolescente à fond (enfin si, mais que le négatif, ou alors tout dans l'excès.. ce qui est propre à l'adolescence en fait.. huhu je m'embrouille) mais j'en ressens pas non plus le besoin.

Bref je blablate! Faut que je refasse ma colo noire aussi, parce que mes cheveux virent au brun, ce qui n'est pas grave en soi mais qui le devient quand on sait qu'ils ne sont bruns qu'à certains endroits, ce qui cloche un peu x).

Ce soir je vais regarder master chef avec ma soeur (quoique le film d'horreur sur plug rtl me semble cool et il y a les nouveaux épisodes de la famille Kadashian aussi..) et ce sera chouette.

Au fait, il y a un truc qui m'énerve avec la télé. A chaque fois que je la regarde avec un membre de ma famille, ou une ami qui est au courant de quelques trucs, j'ai toujours peur que dans le feuilleton il y ait une boulimique, ou qu'une fille se mette soudainement à se mutiler, ou qu'une autre essaie de se suicider, enfin j'ai peur pcq direct ça devient gênant ! D'ailleurs j'ai peur de mettre le film d'horreur ce soir pcq dans ces films quand la fille est possédée souvent elle se met à se couper (oui oui, moi aussi le démon est en moi dans ces moments-là, logique..LOL). Bref c'est super génant.

Demain matin je vais au sport, je me défonce complètement au sport, à la fin je me dis "génial, 800 calories qui sont de réserve si je mange un peu trop ces prochains jours.." bref c'est pas bien Marie !

Ca me fait rire ces gens de mon école qui se disent triste parce que Nelson Mandela est mort, alors que je sais que la moitié d'entre eux ne le connaissait pas avant hier soir ! J'admire cet homme, ainsi que toutes ces personnes qui ont tout fait pour faire un monde meilleur, pour rendre les autres plus heureux. Je trouve ça vraiment formidable ! Admiration, c'est vraiment le mot parfait ! J'aimerai un jour-pas faire comme eux car ce serait impossible- mais pouvoir me dire que j'ai rendu une personne heureuse, que j'ai réussi à aider cette personne, rien qu'une, ce serait génial ! :).

Je rêve depuis longtemps de devenir chirurgienne. Bon, je sais mtn que je n'en ai pas les capacités mais je continue à y pense en oubliant ce détail. Je voudrai devenir chirurgienne oui, mais chirurgienne pour vraiment aider les gens, les enfants plus précisément. Car quand je me dis qu'il y a des enfants qui démarrent leur vie avec un cancer, une leucémie incurable, une insuffisance cardiaque, des poumons mal en point,etc, ça me fait vraiment mal au coeur ! L'enfance devrait être le monde de l'innocence ! Enfin voilà, quand je crois en l'avenir et que j'y réfléchis, voilà ce à quoi je pense.

J'pense que je vais faire une liste avec tout ce que j'aimerai faire/accomplir..

Rédigé par Une décapitée.

Publié dans #Journal intime

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article